Ma conscience écologique

- Mise à jour le

Comme je vous le signalais dans cet article, j’ai envie de développer sur Mon Tricocotier de nouvelles rubriques. L’écologie et l’avenir environnemental en font partie.

Pourquoi vous parler d’écologie ?

Vous pouvez penser que c’est un sujet à la mode. Que tout le monde parle d’écologie. Cependant, je ne vois pas les choses comme cela. Ma conscience écologique est présente depuis des années.

tournesol

Aujourd’hui, il est plus facile de parler de conscience écologique. On ne passe plus pour quelqu’un qui enquiquine le monde, sa famille, ses amis, ses collègues de travail, car c’est de cette manière que je le ressentais. Je faisais des petites choses pour diminuer mon empreinte écologique, mais je ne partageais pas.

Aujourd’hui, je peux partager et échanger avec vous ce que je fais, car aujourd’hui de plus en plus de personnes développent cette conscience écologique.

Pourquoi parler de conscience écologique sur un blog tricot / couture / crochet ?

Je remarque sur les réseaux sociaux, dans mon cours de couture et auprès de mes amies que les personnes qui prennent le temps de créer, de faire avec leurs mains, sont sensibles à l’écologie. Nous échangeons sur nos expériences, nos astuces, nos idées pour, à notre échelle, faire de notre mieux pour moins consommer ou consommer de manière responsable.

C’est pourquoi je souhaitais ici aussi créer un environnement de discussion autour de l’écologie.

Il n’est pas question pour moi d’écrire des articles moralisateurs en vous dictant ce qu’il faut faire ou ne pas faire, mais de suggérer ce qu’il est possible de faire. J’espère que vous me suivrez dans cette démarche.

Vous avez envie de vous lancer dans cette démarche ?

Tout d’abord, je pense que le plus important pour les personnes qui veulent se lancer dans cette réflexion mais ne savent pas trop comment avancer est d’y aller par petits pas.

Changer une chose après l’autre, plutôt que d’essayer de trop en faire d’un coup et finalement abandonner en pensant que consommer moins et mieux est trop exigeant.

Par exemple, prendre l’habitude d’avoir sur soi des sacs en papier (gardés d’achats précédents) ou en tissu pour acheter ses légumes. Une fois cette habitude ancrée, ajoutez-en une autre !

Une conscience écologique depuis longtemps

ma conscience écologique

Je pense que j’ai ressenti un besoin de faire attention à ma façon de consommer à la naissance de mes enfants. J’avais 26 ans pour ma fille et j’ai commencé à me rendre compte de l’impact de nos déchets et de notre consommation d’essence.

Habitant à quelques dizaines de kilomètres de Marseille, j’étais effrayée quand j’arrivais sur cette ville et que je voyais le nuage de pollution qui englobait la ville. Quand il m’arrive d’y retourner aujourd’hui, c’est le nombre de voitures sur les autoroutes quelle que soit l’heure que je trouve hallucinant !

J’étais aussi horrifiée par les usines de Fos sur Mer et j’ai toujours refusé d’habiter de ce côté-là de Marseille. D’ailleurs, aujourd’hui, on se pose des questions sur le nombre de cancers dans cette zone.

C’était il y a presque 20 ans. Je gardais ces peurs pour moi. Peu après la canicule de 2003, mon mari a changé de travail. Nous avions la possibilité de nous installer en Normandie. Nous avons longuement discuté et nous nous disions que les épisodes de canicule allaient être plus fréquents, que la Normandie serait de plus en plus ensoleillée. Et aujourd’hui nous pouvons, hélas, dire que nous avions raison.

Fleurs du jardin

Quelles sont mes actions dites écologiques ?

Je développerai au fil des semaines les thèmes ci-dessous.

En attendant, voici un aperçu rapide pour vous donner des pistes de réflexions. Évidemment, il s’agit de mon expérience et je ne cherche aucune polémique sur aucun sujet. Et je comprends tout à fait que selon la vie et l’emploi du temps de chacun, il peut être difficile de mettre en place certaines actions.

Je cuisine beaucoup

conscience écologique légumes

Cuisiner permet de diminuer les quantités d’emballages : yaourts, biscuits, pains, pâtes à pizza, pâtes à tarte.

Cuisiner est pour moi un plaisir et je n’ai presque jamais acheté de plats cuisinés. Dans ma famille, je n’ai jamais vu ma mère, mes tantes, mes grand-mères mettre sur la table un plat acheté préparé (exceptés les ravioles). C’est tout naturellement qu’il ne me venait pas à l’esprit d’acheter des plats tout faits. Et même quand j’étais étudiante et que je vivais seule, ou bien quand je bossais en étant jeune maman, je préférais faire une assiette de riz simple que de faire réchauffer un plat préparé.

Mes enfants n’ont jamais mangé de petits pots. J’en ai acheté 1 fois en dépannage mais j’ai trouvé que c’était bien trop cher et vraiment pas appétissant.

Je vais au marché et j’achète autant que possible local et/ou bio

Là encore, c’est grâce à ma mère et ma grand-mère que j’achète majoritairement mes fruits et légumes au marché ou à la ferme. Pas de plastique et maintenant, même plus de sachets en papier puisque j’ai mes sacs pochons avec moi.

Je suis toujours en flux tendu

Mes placards et mon frigo sont plutôt vides comparés à de nombreuses cuisines. Sujet bien compliqué parfois à la maison avec mes grands enfants. Je n’arrive pas à faire du stock. D’ailleurs, pourquoi stocker quand la supérette ou le marché sont à moins de 10 minutes à pied.

Pas de stock = pas de nourriture jetée, et parfois, je fais même exprès pour vider le stock de produits congelés.

Mon petit potager urbain

conscience écologique potager

Mon petit potager urbain vient de fêter ses 2 ans ! Quel plaisir de manger les fruits et légumes de son jardin !

Depuis le printemps 2018, je supprime petit à petit la pelouse de mon jardin pour créer des carrés potager. Je n’ai pas beaucoup de place. Malgré tout, nous mangeons des fraises, des radis, des haricots, des courgettes, des tomates du jardin.

Et depuis que nous avons un composteur, notre poubelle a encore diminué de volume.

J’ai allaité !

L’impact sur l’environnement mais aussi les économies financières sont importants. J’ai allaité 1 an chacun de mes enfants et j’ai même été marraine d’allaitement. Je suis bien triste du peu d’informations et d’aide encore en 2019 auprès des jeunes parents.

J’ai utilisé des couches lavables

conscience écologique et couches lavables

Mon fils, qui a 16 ans, a porté des couches lavables. L’impact sur les déchets est considérable. Hélas, je ne connaissais pas ces couches pour ma fille qui est son ainée de 2 ans. Je vous en reparle bientôt dans un article.

Nous marchons

Nous car c’est toute la famille qui a pris l’habitude de se déplacer en marchant.

Aller à l’école à pied ! C’est tellement simple mais la plupart de nos voisins prennent leur voiture … Le plus amusant (ou triste) c’est que nous arrivions en même temps … Et idem pour le retour. (je parle au passé car mes enfants sont maintenant grands).

Aller faire ses courses à pied. Un sac à roulettes (que j’appelle charriote) et pas de sacs à porter.

Je suis contente car mes enfants ont pris cette habitude de marcher ou prendre les transports en commun. D’ailleurs, ma fille est en conduite supervisée et ne voit pas l’intérêt d’apprendre à conduire.

Nous roulons (mais à vélo)

Depuis un an, j’ai un vélo électrique (électrique car nous avons un dénivelé important pour aller en ville) et je peux ainsi aller faire des courses en ville. Quel plaisir de revenir en regardant la mer !

vélo électrique

Mon mari va au travail à vélo. Il le faisait déjà il y a maintenant 20 ans (il avait une quinzaine de km à faire par trajet) et aujourd’hui, quel que soit le temps qu’il fait, il prend son vélo pour aller à son travail distant de 6 km. Depuis que j’ai mon vélo électrique, il l’emprunte quand parfois les conditions sont difficiles.

En vrac

  • Je refuse les sacs dans les magasins depuis très longtemps.
  • Je refuse les pailles dans les bars et restaurants.
  • Je nourris les oiseaux en hiver.
  • J’utilise du savon solide et des produits ménagers simples.
  • Je récupère l’eau de mon sèche-linge pour mon fer à repasser.
  • Nous privilégions le train pour nos trajets quand c’est possible.
  • Je refuse les tickets virtuels mis en place dans les magasins.
  • Je vide mes boites mails, car même si je me désabonne, je reçois encore certaines newsletters qui ne m’intéressent pas.
  • La plupart de mes lectures ou magazines viennent de la bibliothèque ou sont des livres d’occasion. Il est vrai que nous avons la chance d’avoir une très belle bibliothèque.

Faire mieux chaque jour

Voici un tour non exhaustif de mes actions au quotidien. Chaque jour, je me demande comment faire un petit pas de plus car je pense que c’est petit à petit que chacun peut arriver à faire mieux pour diminuer son empreinte écologique.

Régulièrement, je vais revenir sur un sujet en particulier. Et si, parmi vous, il y a juste 1 personne qui change une habitude, je serai heureuse et satisfaite d’avoir pris le temps de rédiger ces articles.

Profitez des commentaires pour me donner votre avis !

Aglaé L.

Aglaé

Créatrice d'accessoires et de patrons Tricot et Crochet - Rédactrice du blog Mon Tricocotier depuis 2013

Cet article a 3 commentaires

  1. Tu as bien fait d’écrire cet article. Je me retrouve dans tout ce que tu dis.( potager /compost /cuisine maison /déplacements à pied ou en vélo /réutiliser les emballages ) Cela fait un an que je vais chercher mon pain avec le papier qui a déjà servi. J’esperais que mon exemple fasse des émules parmi les clients de notre boulangerie mais ça n’a pas été le cas

    J’ai cousu des sacs dans des chutes de tissu pour emballer les cadeaux que je fais ( ils sont ainsi réutilisables pour ceux qui les reçoivent)
    Nous avons un seau dans la douche pour récupérer la première eau ( celle qui n’est pas assez chaude) et elle sert au jardin. Je lave mes légumes dans une bassine pour aussi récupérer l’eau
    À bientôt le plaisir de lire et partager avec toi !
    Belle journée à toi

    1. Merci Chantal ! Oui, c’est difficile d’amener les gens à faire pareil. A marché, je vois des gens qui réutilise les sacs en papiers mais je suis encore seule avec mes sac à vrac. Le seau est une excellente idée. Je l’ai fait quelques fois cet été pour arroser les plantes ou pour les toilettes mais ce n’est pas encore une habitude ancrée.
      Les emballages cadeau, c’est parfait ! Justement j’en parle un peu dans un prochain article. J’ai une amie qui utilise son pochon emballage pour transporter ses livres.
      A bientôt et encore merci pour ce que tu fais et ton partage

  2. oh oui c’est le sujet a la mode…mais urgent…il faut s’en occuper….ouiii…et toute une bien belle liste…;)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
×

Panier